Appel à CR critiques: ‘Courants’ anthropologiques. Pratiques et critiques de l’énergie

Appel à comptes rendus critiques : Lectures anthropologiques

Numéro thématique

‘Courants’ anthropologiques. Pratiques et critiques de l’énergie 

 

Coordinateurs du numéro :

Nathalie Ortar, Université de Lyon, ENTPE/LAET

Tristan Loloum, Université de Tours

 

Lectures anthropologiques est une revue francophone, en ligne, entièrement dévolue aux comptes rendus critiques. Le présent appel à comptes rendus critiques porte sur les travaux récents ayant pour thème l’énergie.

Après avoir été longtemps absente des préoccupations de l’anthropologie mainstream, l’énergie semble progressivement s’imposer comme un objet légitime de l’anthropologie contemporaine. Cette dynamique s’est développée à la faveur d’un « tournant post-humaniste » des sciences sociales, soit un courant de pensée né à la fin du XXe siècle, qui traite du rapport de l’humain aux technologies et du changement radical et inéluctable que cette relation a provoqué ou risque de provoquer dans l’avenir (théorie de l’acteur-réseau, réflexion sur l’anthropocène, les Science and Technology Studies, etc.), du sentiment d’urgence induit par le réchauffement climatique et des nouvelles tensions et incertitudes induites par la « transition énergétique » (passage des énergies fossiles aux renouvelables, réduction de la consommation, sortie du nucléaire, etc.). Ces changements infrastructurels interrogent l’anthropologie sociale dès lors qu’ils affectent non seulement nos rapports symboliques et matériels à l’énergie, mais aussi nos rapports sociaux et politiques en général.

Les usages de l’énergie – à commencer par la maîtrise du feu – devraient pourtant figurer parmi les objets classiques de l’anthropologie tant ils interrogent notre rapport au monde et notre capacité à satisfaire certains besoins élémentaires, comme se nourrir ou se chauffer. Thématique centrale pour des anthropologues comme Leslie White (1943)[1], l’énergie s’est peu à peu effacée des discussions anthropologiques dans les années 1970, en même temps que les théories évolutionnistes, pour se diluer dans d’autres objets de recherche (communautés, ressources, environnement, développement, etc.) ou dans la recherche « appliquée » (Boyer 2014 :313-314 ; Clarke 2015 : 203-204). Hormis les travaux de Laura Nader (1981) critiquant l’influence de la « culture des experts de l’énergie » sur les politiques publiques américaines, force est de constater que l’anthropologie sociale s’est peu saisie de ces thématiques jusque dans les années 2000 (Strauss et Orlove 2003 ; Wilhite 2005 ; Henning 2005 ; Love 2008). La multiplication ces dernières années d’ouvrages, numéros spéciaux et conférences abordant l’énergie sous l’angle des sciences sociales atteste d’un nouvel engouement pour le sujet.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette résurgence de l’objet « énergie ». Premièrement, les inquiétudes et remises en question suscitées par les crises environnementales et climatiques nous poussent à reconsidérer nos modes de vie, nos environnements techniques et les systèmes de savoirs qui les soutiennent. Il n’est dès lors pas surprenant que les anthropologues soient de plus en plus enclins à se saisir de ces enjeux qui remettent en cause le fondement des sociétés contemporaines au Nord comme au Sud. À cette curiosité intrinsèque de scientifiques confrontés à l’actualité de la transition énergétique (efficacité énergétique, durabilité, libéralisation des marchés de l’électricité, etc.) dont les conséquences sont autant sociales, économiques (Melosi 2010) que culturelles (Nader, 2010), se combine une demande de plus en plus pressante à l’endroit des sciences sociales, adressée par les politiques et les industriels pour comprendre les problèmes associés aux nouveaux défis technologiques, économiques et comportementaux qu’impliquent cette transition énergétique, et le cas échéant, pour les résoudre. Ce regain d’intérêt pour l’énergie s’inscrit à son tour dans un mouvement épistémologique plus global des sciences sociales tendant vers une plus grande inclusion des « non-humains » (nature, animaux, techniques, infrastructures, objets, etc.) dans l’analyse des faits sociaux. Cela se traduit à la fois par un renouvellement théorique (tournant ontologique, post-humanisme, anthropocène, acteur-réseau, etc.) et une reconfiguration institutionnelle des savoirs, avec la montée en puissance de « studies » (Science and Technology Studies, Infrastructure Studies, Energy Studies) et autres « humanités » à thème (Environmental Humanities, Energy Humanities) situées au carrefour de plusieurs disciplines.

L’objectif de ce numéro spécial est donc double. Dans un premier temps, il vise à s’emparer de contributions anthropologiques récentes portant sur les enjeux sociaux, culturels et politiques de l’énergie, pour montrer la pluralité des approches retenues: tant dans les objets investis, les échelles retenues (du foyer au réseau, en passant par l’immeuble, la collectivité et la gouvernance) que les choix théoriques (économie politique, Actor Network Theory, théorie de la pratique, etc.) et méthodologiques (observation participante, biographies, anthropologie visuelle, sensorielle, anthropologie appliquée, etc.) adoptés. Cette partie interroge également la « demande sociale » émanant des entreprises productrices d’énergie et des collectivités territoriales faisant appel à des anthropologues pour mieux comprendre les « usagers ». Une sous-partie questionne les conditions du « marché scientifique » poussant des étudiants et des chercheurs vers des thématiques potentiellement porteuses en termes de débouchés et de financements. Dans un second temps, il cherche à mieux comprendre la nature des enjeux sociaux entourant les systèmes énergétiques – entendus comme toute installation ou ensemble d’installations intervenant dans la chaine de transformation-distribution-utilisation de l’énergie dans un contexte donné (pays, agglomération, usine, etc.). On cherchera également à comprendre les effets des transferts et transformations des matériaux énergétiques sur l’ensemble des phénomènes sociopolitiques. Il s’agira ainsi d’interroger en quoi l’anthropologie et l’ethnographie peuvent apporter des éclairages nouveaux sur la nature politique de l’énergie (Boyer 2014 : 325-326).

Publications proposées :

  • Atabaki, Touraj, Bini, Elisabetta, Ehsani, Kaveh (dir.), 2018, Working for Oil. Comparative Social Histories of Labor in the Global Oil Industry, Basingstoke, Palgrave.
  • Garabuau-Moussaoui, Isabelle, Magali Pierre (dir.), 2016, Pratiques sociales et usages de l’énergie, Paris, Lavoisier-Tec & Doc, Socio-économie de l’énergie.
  • Howe Cyme (coord.), 2015, “Energy Transitions and Climate Change in Latin America” The Journal of Latin American and Caribbean Anthropology, vol. 20, n°2.
  • Jaume Franquesa, 2018, Power Struggles. Dignity, Value, and the Renewable Energy Frontier in Spain, Bloomington, Indiana University Press.
  • Love Thomas, Cindy Isenhour (coord.), 2016, « Energy and economy: Recognizing high‐energy modernity as a historical period », Economic Anthropology, 3, n°1.
  • McNeish, John-Andrew, Axel Borchgrevink, Owen Logan, 2015, Contested powers: the politics of energy and development in Latin America, Londres, Zed Books.
  • Smith Jessica, High Mette (coord.), 2017, « Exploring the Anthropology of Energy: Ethnography, Energy and Ethics », Energy Research & Social Science, vol. 30.
  • Wilhite Harold, 2015, The Political Economy of a Low Carbon Transformation: Breaking the Habits of Expansive Capitalism, Londres, Routledge.
  • Coleman Leo, 2017, Moral Technology. Electrification as Political Ritual in New Delhi, Ithaca, Cornell University Press.

 

Soumettre une proposition

Les propositions de comptes rendus critiques doivent être soumises à nathalie.ortar@entpe.fr et tristan.loloum@univ-tours.fr (copie à : Lectures.anthropologiques@gmail.com),  avant le 1er juillet 2018.

Elles doivent comprendre, dans les éléments suivants :

– Les références de l’ouvrage choisi

– Les prénom et nom de l’auteur.e. – Affiliation institutionnelle – Courriel

– Une notice biographique (max 10 lignes)

Les auteur-e-s seront avisé-e-s par retour du courrier des propositions retenues comme celles non retenues. L’acceptation de la proposition ne signifie pas systématiquement celle du texte final, qui fera l’objet d’une relecture des coordinateurs puis d’une double évaluation.

 

Calendrier

1er juillet 2018 : date limite pour l’envoi d’une proposition

2 novembre 2018 : réception des articles complets

Hiver 2019 : évaluation des articles par les coordinateurs puis les évaluateurs choisis par le comité de rédaction de Lectures anthropologiques et, reprise des textes par les auteurs.

Mars 2019 : remise des textes finaux, travail éditorial

Avril 2019 : Parution du numéro

 

[1] Il donne son nom à la « Loi de White », qui stipule que l’évolution culturelle est fonction de la quantité d’énergie disponible par tête d’habitant et par an.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *