Doctoriales transdisciplinaires des ressources

crédit: N. Ortar, road 66, Arizona,
crédit: N. Ortar, road 66, Arizona,
Crédit: N. Ortar, road 66, Arizona 2011

Appel à communications
Paris, le 29 mars 2019


Les tensions entre différents acteurs – États, entreprises, groupes sociaux – pour la maîtrise et l’usage des processus d’extraction, de transformation et de consommation des ressources ont constitué des enjeux majeurs au XX e siècle.
Les chercheurs en sciences humaines et sociales se sont saisis de cette thématique et l’ont interrogée à travers de nombreux prismes. S’est ainsi constitué un corpus théorique allant de la notion de pic de production des matières premières (King Hubbert, 1956) à celle de rareté des ressources environnementales (Homer-Dixon, 1999), en passant par des questionnements sur la régulation sociale des ressources (Bridge, 2000). Aujourd’hui, à l’heure de la transition énergétique et de l’importance croissante des préoccupations environnementales, au niveau local comme à l’échelle globale, il apparaît important de poursuivre les réflexions sur la notion de ressource et les processus de gouvernance associés (Collier et Venables, 2010).
Dans le secteur de l’énergie, la découverte et l’exploitation de ressources fossiles non conventionnelles (comme le gaz de schiste) ont permis d’augmenter les réserves connues. Toutefois, ces nouvelles formes d’exploitation sont contestées par un certain nombre d’acteurs en raison de leurs impacts environnementaux (Soeder & Kent, 2018). De même, la production des terres rares qui sont nécessaires aux outils de la transition énergétique n’a pas été pensée de manière durable et a causé le rejet de nombreux éléments toxiques dans les sols (Golev et al. , 2014). La compétition pour les surfaces arables (Wood et al. , 2000) et la multiplication des épisodes de stress hydriques (Postel, 1992) induisent un constat similaire : les activités humaines transforment l’environnement. Ainsi, l’entrée dans l’Anthropocène (Bonneuil et Fressoz, 2016) demande de repenser l’usage des ressources et la multiplicité des relations des sociétés aux matières présentes dans leur environnement.

L’échec à mettre en œuvre les accords de Paris montre la difficile adéquation entre l’impératif environnemental et celui de la croissance économique (Clémençon, 2016 ; Poupeau, 2013 ; Vermander, 2007). L’appropriation des concepts de développement durable, de transition énergétique, d’économie circulaire par les acteurs politiques et économiques amène cependant à s’interroger sur leur signification concrète et leur mise en œuvre. Le déploiement d’énergies bas carbones, impliquant une importante consommation en minerais et en énergie pour extraire ces mêmes minerais (ANCRE, 2015) ne menace-t-il pas l’objectif de limitation à deux degrés préconisé par le rapport du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (IPCC, 2018) ?
Il est nécessaire que les chercheurs en sciences humaines et sociales continuent à se saisir de tels questionnements, qui interrogent les relations des sociétés à leur environnement, mais aussi le sens même de la notion de ressource. En effet, en tant que construction sociale (Raffestin, 1980 ; Magrin et al. , 2015), les ressources font appel à des représentations, des usages et des espaces variés. Dans ce cadre, cette journée d’étude appelle à une réflexion transdisciplinaire et à mettre en lumière une diversité d’approches méthodologiques sur la question.

Modalités de participation :
Les doctorant(e)s intéressé(e)s à participer à cette journée, qui aura lieu à Paris, en tant que panélistes sont priés de faire parvenir leur(s) proposition(s) de communication avant le 30 janvier 2019 à l’adresse ressources2018@gmail.com en prenant soin d’indiquer :
• Le nom de l’auteur(e) (ou des auteur(e)s) ;
• L’affiliation institutionnelle et l’adresse électronique de l’auteur(e) (ou des
auteur(e)s) ;
• Le titre et le résumé de la communication (en 250 mots).
Une attention particulière sera portée aux propositions mettant en avant des approches transdisciplinaires et un partage méthodologique.

 

Comité d’organisation : Recherches-Ressources

  • Sarah Adjel , Sorbonne Identités Relations Internationales et Civilisations de l’Europe (SIRICE), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Raphaël Danino-Perraud , Laboratoire d’Economie d’Orléans (LEO), Université d’Orléans
  • David Juilien , Institut Français de Géopolitique (IFG), Université Paris 8
  • Angélique Palle , UMR 8586 Prodig, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sami Ramdani , Institut Français de Géopolitique (IFG), Université Paris 8
  • Wahel Rashid , Institut Français de Géopolitique (IFG), Université Paris 8
  • Noémie Rebière , Institut Français de Géopolitique (IFG), Université Paris 8
  • Audrey Sérandour , UMR 8586 Prodig, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Bibliographie :

Alliance Nationale de Coordination de la Recherche pour l’Energie (ANCRE) (2015), « Ressources minérales et énergie, Rapport du groupe “Sol et sous-sol” de l’Alliance Ancre », 75 pages.
Bonneuil Christophe et Fressoz Jean-Baptiste, L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous: La Terre, l’histoire et nous , Paris, Points, 2016, 281 pages.
Bridge G. (2000), « The social regulation of resource access and environmental impact: production, nature and contradiction in the US copper industry », Geoforum , n°31, pp. 237-256.
Clémençon R. (2016), « The two sides of the Paris Climate Agreement: Dismal failure or historic breakthrough », Journal of Environment & Development , 25 (1), pp. 3 – 24.
Collier P., Venables A.J. (2010), « Natural resources and state fragility », EU Working Papers 36, Robert Schuman Center for Advanced Studies (RCAS), European Report on development, 28 pages
Golev A., Scott M., Erskine P.D., Ali S.H., Ballantyne G.R. (2014), « Rare earths supply chains: Current status, constraints and opportunities », Resources Policy, 41 (1) , pp. 52-59.

Homer-Dixon F.T. (1999), Environment, scarcity and violence , Princeton University Press, 272 pages.
IPCC (2018), « Summary for Policymakers. In: Global warming of 1.5°C. An IPCC Special Report on the impacts of global warming of 1.5°C above pre-industrial levels and related global greenhouse gas emission pathways, in the context of strengthening the global response to the threat of climate change, sustainable development, and efforts to eradicate poverty » [V. Masson-Delmotte, P. Zhai, H. O. Pörtner, D. Roberts, J. Skea, P.R. Shukla, A. Pirani, W. Moufouma-Okia, C. Péan, R. Pidcock, S. Connors, J. B. R. Matthews, Y. Chen, X. Zhou, M. I. Gomis, E. Lonnoy, T. Maycock, M. Tignor, T. Waterfield (eds.)]. World Meteorological Organization, Geneva, Switzerland, 32 pages.
King.H (1956), « Nuclear energy and the fossil fuels », Drilling and production practice , Presented before the Spring Meeting of the Southern District, American Petroleum Institute, Plaza Hotel, San Antonio, Texas.
Magrin G., Chauvin E., Perrier Bruslé L., Lavie E., Redon M. (2015), «Introduction. Les ressources, enjeux géographiques d’un objet pluriel », dans Redon M., Magrin G., Chauvin E., Perrier Bruslé L., Lavie E., Ressources mondialisées. Essais de géographie politique . Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 5-23.
Postel S. (1992), Last oasis facing water scarcity , Earsthscan, 239 pages.
Poupeau F. (2013), « La Bolivie entre Pachamama et modèle extractiviste », Ecologie & politique , 2013/1, n° 46, pp. 109-119.
Raffestin C. (1980), Pour une géographie du pouvoir . Paris, Librairies techniques, 249 pages.
Soeder J.D., Kent B.D. (2018), « When oil and water mix : Understanding the environmental impacts of shale development », The Geological Society of America , 28 (9), pp. 4-10.
Vermander B. (2007), Chine brune ou Chine verte ? Les dilemmes de l’État-Parti , Paris, Presses de Sciences Po, 212 pages.
Wood S., Sebastian K., Scherr J.S. (2000), Pilot analysis of global ecosystems , Washington D.C., World Resources Institute, pp. 17-31.

L’énergie et ses usages domestiques. Anthropologie d’une transition en cours

Nathalie Ortar et Hélène Subrèmon (eds)

La transition énergétique en cours au sein de nombreuses sociétés industrialisées se caractérise par le passage progressif d’un système fondé sur l’utilisation illimitée d’énergies fossiles, à un système fondé sur l’utilisation d’énergies renouvelables et sur des comportements plus sobres. Cette transition affecte tous nos modes de vie. Les changements en cours, tout autant que les enjeux socio-techniques qu’ils impliquent, mettent en évidence le fonctionnement intrinsèque des sociétés. Ils donnent aussi à voir la façon dont ces dernières se pensent et se projettent.

L’énergie et ses usages domestiques s’intéresse dès lors aux transformations à l’œuvre dans l’utilisation quotidienne ou usuelle des ressources énergétiques. Cet ouvrage interroge notamment la tension perceptible entre les prescriptions au changement, et les pratiques routinières. Les analyses déployées ici prennent ainsi appui sur plusieurs exemples européens, et mobilisent diverses approches théoriques ou disciplinaires (anthropologie, sociologie, histoire). Elles permettent d’accéder à une compréhension plus fine des évolutions et des résistances, passées ou présentes, dans les façons ordinaires de consommer des ressources énergétiques.

La complexité de la relation à l’énergie est ainsi abordée en se plaçant du côté des acteurs, professionnels comme civils, avec l’objectif de donner à lire l’impact des choix politiques et techniques sur le quotidien des pratiques. Qu’il s’agisse d’étudier la mise en service des compteurs Linky en France, ou bien la promotion des énergies renouvelables dans différents contextes géographiques et économiques, ou encore la prise en compte de la précarité énergétique, l’ambition de ce collectif est à chaque fois de rendre visible les enjeux tant sociaux que symboliques entourant la production de l’énergie et ses usages les plus ordinaires. Sommaire: 

Introduction. Le quotidien de la transition énergétique

1. Une révolution de l’œil. Lumière électrique et gouvernement du visible, 1870-1914

2. Cuire avec ou sans flamme ? Le gaz en transition énergétique, de la modernité à la défaveur

3. Les temporalités de l’énergie renouvelable à l’heure de l’austérité grecque

4. Les contradictions d’une transition énergétique morcelée

5. Petits producteurs d’énergie solaire en Corse : routines domestiques et rapports sociaux locaux à l’énergie en contexte semi-insulaire

6. La transition énergétique au prisme des logiques d’action : diversité et dynamiques d’appropriation

7. « Le compteur Linky bientôt chez vous ». Les régulations de proximité à l’épreuve de nouveaux mécontentements locaux

8. Pratiques de consommation et culture familiale en contexte de crise de l’énergie : entre adaptation et résistance au changement

9. La sobriété bricolée. Modalités d’adaptation des ménages modestes en transformation

10. De l’inconfort aux contraintes matérielles, du repli domestique aux pratiques adaptatives : vécus en précarité énergétique dans une région de Wallonie

Résumés des textes par ordre alphabétique du premier auteur de l’article (biobibliographie)

Avec les contributions de : Françoise Bartiaux, Sophie Bouly de Lesdain, Cécile Caron, Aude Danieli, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Christophe Granger, Daniel M. Knight, Willy Lahaye, Nathalie Ortar, Magali Pierre, Laurence Raineau, Amélie Sibeni, Hélène Subrémon, Jean-Pierre Williot.

https://www.editionspetra.fr/livres/lenergie-et-ses-usages-domestiques-anthropologie-dune-transition-en-cours

 

Share your photos with us!

Two cars are a blurr beneath Wind turbines and the Spanish roadside bull or Toro de Osborne in Spain.

We are looking for people willing to share photos about energy on this website (from their research or their daily life). Photos can be of extraction, electricity generation, natural resources, uses/users of energy, or the socio-cultural impacts of energy production/consumption, etc. You are welcome to also share a short description of the photo.  Photos will be published with your name and used for this website only. Email emoolenaar@mines.edu your photos or any questions you may have. 

(photo: stock photo)

New book from MIT Press: Energy at the End of the World: an Orkney Islands Saga.

Energy at the End of the Worldauthor: Laura Watts

Making local energy futures, from marine energy to hydrogen fuel, at the edge of the world.

The islands of Orkney, off the northern coast of Scotland, are closer to the Arctic Circle than to London. Surrounded by fierce seas and shrouded by clouds and mist, the islands seem to mark the edge of the known world. And yet they are a center for energy technology innovation, from marine energy to hydrogen fuel networks, attracting the interest of venture capitalists and local communities. In this book, Laura Watts tells a story of making energy futures at the edge of the world.

Orkney, Watts tells us, has been making technology for six thousand years, from arrowheads and stone circles to wave and tide energy prototypes. Artifacts and traces of all the ages—Stone, Bronze, Iron, Viking, Silicon—are visible everywhere. The islanders turned to energy innovation when forced to contend with an energy infrastructure they had outgrown. Today, Orkney is home to the European Marine Energy Centre, established in 2003. There are about forty open-sea marine energy test facilities in the world, many of which draw on Orkney expertise. The islands generate more renewable energy than they use, are growing hydrogen fuel and electric car networks, and have hundreds of locally owned micro wind turbines and a decade-old smart grid. Mixing storytelling and ethnography, empiricism and lyricism, Watts tells an Orkney energy saga—an account of how the islands are creating their own low-carbon future in the face of the seemingly impossible. The Orkney Islands, Watts shows, are playing a long game, making energy futures for another six thousand years.

 

CFP: STS Underground panels at the 2019 4S Conference, Sept 4-7 in New Orleans.

Panel description:
The panel aims to bring together international scholars whose work addresses technologies, practices, and forms of knowledge related to the mining of minerals, groundwater and fossil fuels. Recent technological developments such as high-volume hydraulic fracturing to extract oil and gas from shale, solar technologies that require rare earth metals, and even the pursuit of minerals found in asteroids have all been of interest to STS scholars, but have not typically been treated as an identifiable domain of research. This panel will seek to highlight the theoretical and topical commonalities as well as disagreements and debates that make the study of the underground a vibrant, emerging subfield of STS. Researchers are encouraged to submit abstracts on a wide range of topics, including: research and development on extractive technologies, environmental health and grassroots activism, extraction and indigenous communities, climate change and the Anthropocene, historical perspectives on extractive industries, labor and workers’ rights, and mining and extraction infrastructures. Given the conference location in New Orleans, we also welcome papers that consider the underground through engagement with the petrochemical industry.

We anticipate having multiple panels, as in years past, and will group papers by theme. We have already been in touch with scholars who would like a specific panel on rare earths, for example.

Paper abstracts of up to 250 words should be submitted to the 4S conference platform, which also includes additional logistical information. Please choose to submit your paper to an “open panel” and then select STS Underground #159. Additional questions can be directed to Jessica Smith (jmsmith@mines.edu).

 

« Dans un monde aux contraintes croissantes, comment bien vivre, et comment assurer les besoins fondamentaux, individuels et collectifs ? Quel rôle et quels services pour EDF ? »

Le contexte de la demande

La R&D d’EDF a pour missions principales de répondre aux enjeux du groupe EDF et de préparer l’avenir, dans les domaines de la production d’électricité, des énergies renouvelables, du management de l’énergie, des réseaux de transport et de distribution, de la commercialisation et des technologies de l’information.

En son sein, Innovation Hub explore de nouvelles thématiques (liées aux tendances et à la prospective, aux écosystèmes économiques émergents, comme les start-ups) et de nouvelles méthodes (design, méthodes agiles), pour appuyer le Groupe EDF dans ses innovations et sa transformation.
A ce titre, Innovation Hub a réalisé deux exercices de « design fiction » afin de produire des scénarii illustrant des futurs pouvant susciter le débat. Ces exercices ont chacun produit un scénario imaginant un monde en crises, dont les causes ou conséquences étaient liées au climat, à la violence, aux instabilités des systèmes techniques voire des régimes politiques. Ces scenarii font écho aux analyses de certains observateurs dont la théorie du donut, de Kate Raworth, est un exemple. Elle vise à penser un développement économique durable entre un « plancher social » (le minimum de bien-être à assurer pour tous) et un plafond environnemental (les limites de ce que la planète peut supporter).

Les défis et les questions posées

Comment transformer ces contraintes de situation de crise en opportunité d’identifier et développer des solutions nouvelles ? Comment bien vivre et assurer les besoins fondamentaux, individuels et collectifs dans un monde où les contraintes pourraient augmenter ?
Quels services développer pour répondre à ces situations ?
Quelle pourrait être la place et le rôle d’EDF dans ces services ?

Tels sont les enjeux que le projet abordera. Les organisations humaines (entreprises, ménages, communautés), sont aujourd’hui très dépendantes des réseaux (énergétiques, hydriques, alimentaires, communication et internet…) et ces dépendances induisent des tensions croissantes.

Comment atténuer ces possibles secousses ? Comment permettre plus de résilience ? Au delà des besoins fondamentaux, bien vivre oblige-t-il à réaffirmer des hiérarchies de priorités, à repenser des formes de coopération et de mutualisation ? Ces thématiques imposent de réfléchir à différentes échelles temporelles et spatiales, afin d’intégrer des contraintes complexes : quelles sont les justes échelles en fonction des services proposés ?

Déroulement du projet

Les étapes envisagées pour ce projet, qui constituent un premier cadrage, sont les suivantes :

1. Appropriation et analyse du sujet

  • État de l’art, analyse et compréhension des enjeux  ;
  • Benchmarking : recensement de situations et de solutions apportées en France et à l’international ;
  • Diagnostic sensible.

2. Conceptualisation 

  • Définition de concepts de services et/ou d’organisations ;
  • Définition des acteurs et jeux d’acteurs associés.

3. Développement du projet 

  • Développement de scenarii possibles  ;
  • Définition du positionnement d’EDF dans le cadre de ces scenarii.

4. Recommandations et propositions

Les résultats attendus 

Outre les éléments formalisés lors de l’étude comme le benchmarking, les résultats attendus sont : des Scenarii d’usage associés à la proposition de nouveaux services dans un format permettant d’interpeller les acteurs internes d’EDF sur la problématique de l’innovation en situation de contraintes. 

De février à juillet 2019

Pour explorer ces domaines et apporter une réponse aux questions d’EDF, le Centre Michel Serres recrute entre 8 et 10 étudiants pour un semestre Michel Serres qui se tiendra de février à juillet 2019.

Les disciplines retenues pour ce projet

Du fait de la diversité des sujets abordés lors du projet, un grand nombre de disciplines pourra être mobilisé sur le projet : architecture, urbanisme, aménagement du territoire, philosophie, sociologie, design, ingénierie, management, information et communication….

Dans le cadre d’un semestre Michel Serres

Le projet d’innovation “Dans un monde aux contraintes croissantes, comment bien vivre, et comment assurer les besoins fondamentaux, individuels et collectifs ? Quel rôle et quels services pour EDF ” se déroule dans le cadre d’un semestre Michel Serres. Ce dernier comprend deux éléments pédagogiques principaux que sont le projet d’innovation et le projet de connaissances. Ainsi les étudiants retenus sur le projet constitueront une équipe pluridisciplinaire, encadrée par un chef de projet entouré d’une équipe associée d’enseignants-chercheurs multidisciplinaire. Ils travaillent en liens étroits avec le commanditaire du projet d’innovation.

  • Ils consacreront une partie (3 jours par semaine) de leur semestre à l’étude de la demande d’EDF,
  • En parallèle (2 jours par semaine), chaque étudiant déploiera un « projet de connaissances » constitué d’un mini-projet au sein d’un groupe de 2 à 4 étudiants.

L’ensemble du semestre est validé par la remise d’un certificat du Centre Michel Serres représentant une valeur de 30 crédits ECTS.

Conditions de candidatures

Pour déposer une candidature à ce projet du Centre Michel Serres, vous devrez :

● Soit être inscrits en M1 ou M2 au sein d’un établissement d’enseignement supérieur,

● Soit être titulaire d’un Master.

Adressez votre dossier de candidature à cms@hesam.eu avec les éléments suivants :

  • Une lettre de motivation ;
  • Un CV ;
  • Le relevé des notes obtenues lors de la précédente année universitaire.

Date limite de candidature : vendredi 18 janvier 2019. 

L’admission est prononcée par le Centre Michel Serres après examen de votre dossier et un entretien.

Recently published (open access): Perceptions of Commercial and Recreational Fishers on the Potential Ecological Impacts of the Block Island Wind Farm (US)

Block Island Wind Farm (photo by A. Calianos)
Block Island Wind Farm (photo by A. Calianos)

By Talya S. ten Brink and Tracy Dalton

This is an article on impacts of the first offshore wind farm in North America on marine resource users/fishermen. These open access findings can inform offshore wind farm planning and development in the United States, especially because fishermen are a major user group impacting offshore wind development. You can find the whole text here:  https://doi.org/10.3389/fmars.2018.00439 

CFP: Power, Drivers, and Narratives in Sustainable Energy Transitions – 4S 2019 New Orleans (September 4-7, 2019)

To those interested in STS perspectives on energy transitions, please consider submitting your abstract to the Open Panel 106:

As energy transitions are happening everywhere, two dominant and competing narratives are shaping policies, markets, and public imaginations. On the one hand, post-Paris climate action appears to be the driving force behind energy-related efforts in the global North; while rapid access to modern energy services dominates the landscape of actions in the global South.  These visions of sociotechnical futures are significantly different from the energy systems of today, as current practices are still being shaped by principles rooted in the 20th-century idea of the electric grid. This mismatch between practices and ambitions are giving rise to unresolved tensions between policy framings and energy action.

Furthermore, these overpowering global narratives are masking sociotechnical realities of exclusion and disenfranchisement of historically marginalized actors (indigenous and rural populations, the urban poor), that undermine principles of social and environmental justice. Consequently, alternative visions of inclusive energy futures cannot find a place within the dominant narratives of sustainable energy transitions.

We seek contribution that utilizes an STS approach to study the conflicting nature of clean energy transition narratives, uneven power dynamics, and trade-offs that undermine human and environmental rights. We encourage perspectives from the Global South and post-colonial STS frameworks and methodologies that demonstrate the inherent contradiction of the political economy of the global energy systems. We also welcome critical perspectives and case studies on place-based knowledge and innovation systems that demonstrate such conflicts and provide alternative pathways and imaginations.

 
Deadline: February 1st, 2019