SIAA Call for papers

Call for Papers for a panel on Smart City and Sustainability at the next SIAA (Italian Society for Applied Anthropology) annual meeting in Ferrara, Italy (12-14 December 2019).

TITLE: 
City 3.0 is on its way: The ‘Smart City’ model between resistance and adaptation
COORDINATORS:
Mara Benadusi, anthropologist, University of Catania, Department of Political and Social Sciences
Luca Ruggiero, geographer, University of Catania, Department of Political and Social Sciences

“Out of an experience of the cities came an experience of the future”, Raymond Williams (1975: 23)
After undergoing highly impactful and externally-driven industrialization, various areas of the world are now facing a phase of economic transition involving the smart use of energy and economic models based on “innovation” and “sustainability” to manage urban and metropolitan areas. The smart approach has spread so widely throughout the globe due not only to its extreme transferability and adaptability, but also to its ability to develop seductive imaginaries associated with 3.0 cities: technologically advanced cities densely interconnected by telematic, ecological, resilient, multi-specialized and socially inclusive networks. In essence, the widespread use of new information and communication technologies is believed to improve quality of life and meet the needs of citizens, businesses and institutions. However, the smart city model has also come under scrutiny for its ambiguity (Hollands 2008; Nam and Pardo 2011) and the risk-laden political arrangements underlying its model of local governance. Its fiercest critics argue that these geometries of power foster exclusively market-oriented development, exacerbating class differences rather than reducing them (Hollands 2008, 2015).
This panel sets off from a series of fundamental questions. Is the smart city model nothing more than a new brand of neoliberal politics aimed at concentrating resources in the production of space that ensures the accumulation and reproducibility of capital? Is it actually encouraging political choices in the direction of more inclusive, progressive and environmentally sound values? Or does it act to depoliticize policy making processes by circulating prefabricated solutions in the seemingly neutral form of “good-practice pragmatism”? It could be argued that one the hallmarks of “roving” paradigms such as the smart city model is to elude forms of local resistance, developing ideas and rhetoric with the power to aggregate collectivities even without political consensus. If true, how does this dynamic manifest in areas plagued by issues that require concrete future alternatives in sectors such as energy, the environment, and urban sustainability, specifically in terms of safety and quality of life? In short, how does the smart agenda solve the problems mentioned above and how compatible is it with the needs of the weakest segments of the urban population?
Proposed papers should show how smart solutions and tools are incorporated into the urban contexts under investigation, the effects they produce in everyday life, in the sphere of emotions and social imaginaries, and the applied repercussions of the smart model in terms of social justice and sustainability.

Bibliographic references
Hollands Robert G., 2008, Will the real smart city please stand up?, in “City”, 12(3): 303-320.
Hollands Robert G., 2015, Critical interventions into the corporate smart city, in “Cambridge Journal of Regions, Economy and Society”, 8(1): 61–77.
Nam Taewoo, Theresa A. Pardo, 2011, Conceptualizing Smart City with Dimensions of Technology, People, and Institutions, https://inta-aivn.org/images/cc/Urbanism/background%20documents/dgo_2011_smartcity.pdf
Williams Raymond, 1975, The country and the city, New York: Oxford University Press.
_______


Paper proposals can be sent by mail to mara.benadusi@unict.it. The proposal should include both an abstract (max 400 words) and a short bio (max 250 words). 

Deadline for submission on 23 July 2019.

We look forward to receive your panel ideas!

Les nouveaux territoires de l’énergie

Le secteur de l’énergie connaît depuis le début du XXè siècle de profonds bouleversements. Dans un contexte d’après pétrole et de méfiance vis-à-vis du nucléaire le basculement vers un nouveau mix énergétique fondé sur le développement des énergies renouvelables vient remettre en question bien des certitudes sociales, économiques ou industrielles. Au cœur de la transition écologique, la production d’énergie sort progressivement des grands lieux de production, centrales nucléaires ou barrages hydroélectriques pour venir bousculer les pratiques et les représentations sur des territoires jusque-là peu concernés. Forêt et bois énergie, installation collective de biomasse, ferme solaire, utilisation de l’eau ou du vent par l’implantation d’éoliennes toujours plus hautes… Le développement des énergies renouvelables fait entrer la question énergétique dans le quotidien et l’agenda des territoires provoquant des débats, des conflits, mais aussi des expériences plus consensuelles.

 Le présent appel à article vise à étudier les effets territoriaux des mutations en cours, à la fois en termes de production et de consommation. Si les questions des conflits d’usages en lien avec le déploiement des grandes installations d’ER ont donné lieu à la production d’une importante littérature, d’autres nous paraissent mériter attention. Elles constituent le cœur de cet appel. La première concerne l’étude des conséquences de l’évolution des formes d’organisation du système de production énergétique de plus en plus localisés. La seconde, les bouleversements des pratiques. La troisième porte sur les configurations d’acteurs liés à cette décentralisation.

Évolutions du système de production de l’énergie 

Le déploiement local de la production énergétique vient tout d’abord interroger la solidarité énergétique, que ce soit entre les citoyens ou entre des territoires historiquement inscrits dans des systèmes maillés symboles d’unité nationale. La multiplication des lieux de production et les premières tentatives d’autoconsommation sont une remise en cause profonde des systèmes énergétiques nationaux intégrés. À l’inverse, le développement de système autonome visant à une production et une consommation localisées peut être une chance pour des états émergents n’ayant plus à construire de grand réseau de distribution d’énergie.

La production d’énergie devient aujourd’hui aussi une question économique centrale pour certains territoires. Des espaces ruraux aux grandes centrales solaires dans les déserts de la planète, la plupart des projets s’inscrivent dans le cadre du déploiement d’une « économie verte » porteuse potentiellement de développement local : innovations (technique, institutionnelle, sociale, etc.), la création d’emplois ou la création de revenus sous forme de taxes ou de rentes foncières … Aussi la recherche d’un nouveau mix énergétique rebat les cartes des acteurs historiques et des cultures métiers. Il s’agit d’analyser les effets des évolutions technologiques et de l’arrivée de nombreux nouveaux acteurs qui s’invitent aujourd’hui dans le tête-à-tête historique entre les grands énergéticiens et les États. Les mutations amorcées dans un contexte de libéralisation de la production ont contribué à la naissance de nouveaux acteurs dans le champ de l’énergie. Acteurs économiques (groupes financiers, fonds de pension), acteurs industriels concurrents directs des producteurs historiques, acteurs technologiques à l’image de jeunes start-up ou de laboratoires de recherche reconnus, mais aussi acteurs territoriaux à l’image des collectivités locales voire des propriétaires fonciers aujourd’hui directement intéressés par la question énergétique.

Comment s’organise(nt) aujourd’hui le(s) système(s) de production énergétique(s) et selon quelle géographie ? Avec quel lien au territoire d’implantation ? L’énergie verte est-elle porteuse de développement ? Si oui dans quelle mesure ?

Évolutions des pratiques

Face aux bouleversements qui ont débuté, l’énergie est devenue une question sociale centrale. Compte tenu de son renchérissement et des contraintes techniques liées au développement de nouvelles technologies, comportements et représentations ont commencé à évoluer.

  • D’un point de vue technologique les modèles de smart city ou smart grid promettent aux consommateurs un habitat interconnecté permettant de développer des comportements collectifs certes vertueux, mais individuellement contraignants. La littérature sur la ville durable et les éco-quartier a commencé à documenter cette question, qui pourtant ne saurait concerner seulement certains territoires démonstrateurs (Espaces et sociétés 2011/4, n° 147, Quelle ville durable?).
  • Le développement des formes de précarité énergétique face au renchérissement des coûts a également fait l’objet d’enquêtes. Comment cela se traduit-il à l‘échelle territoriale. Que ce soit en termes de stratégies d’adaptation des comportements, de mesure de ces nouveaux risques sanitaires et sociaux. Assiste-t-on au déploiement de nouvelles politiques publiques afin d’en atténuer les effets ? Si oui à quelle échelle et avec quel impact sur le territoire ?
  • Les élus, les acteurs socio-économiques, les citoyens consommateurs ont-ils pris la mesure de l’ampleur des bouleversements en cours ? Les acteurs faiseurs sont-ils en capacité de comprendre et interpréter les évolutions rapides du système énergétique ?

Collectivités publiques et évolutions des cadres institutionnels  

La transition énergétique offre également un terrain fertile à des approches multiniveaux. Grandes arènes internationales de type COP, multiplication des initiatives et des annonces européennes ou nationales, développement de nouvelles filières et des installations sur les territoires, inventions de modes de régulations national/local au grès des évolutions technologiques. Il s’agit d’interroger la montée en puissance de politiques locales et l’effacement progressif tant des politiques nationales que des grands producteurs historiques dans ce nouveau modèle.

Dans ce contexte un zoom sur les collectivités locales se justifie doublement. Spatialement, ces nouvelles configurations des acteurs de l’énergie sont le plus souvent localisées et entrent en confrontation avec les modes traditionnels d’occupation de l’espace. Politiquement, parce que dans la plupart des pays les évolutions législatives et réglementaires se sont emparées de ces nouveaux enjeux pour les inscrire dans leurs politiques d’aménagement et de développement local. Dans bien des États les lois les plus récentes ont progressivement obligé les collectivités à s’accaparer cette question de l’énergie. C’est bien ce que montre l’exemple français. Que ce soit à l’échelle de l’urbanisme opérationnel (chauffages urbains, bâtiments basse consommation), à des documents de planification (desserte urbaine et bilan carbone des Plans locaux d’urbanisme, Schémas de cohérence territoriale, Grenelles, réglementation des nouveaux usages) ou celle de la planification stratégique (SRADDET régional, PCET départementaux…) les collectivités sont depuis peu devenues à leur tour des acteurs majeurs de l’énergie.

L’objectif de ce dossier est de nourrir les débats sur les effets de la décentralisation de l’énergie sur les territoires induite par le développement des ER, et réciproquement la manière dont les acteurs de ce dernier s’en saisissent et la mettent en œuvre à leur échelle. Sont bienvenus les articles proposant des analyses de cas en Europe et dans le monde. Des articles portant sur les questions de conflits d’usages liés aux grandes installations d’ER pourront être pris en compte, à condition qu’ils en proposent une relecture au regard du présent appel.

Coordination du dossier

Jérôme Dubois, Leïla Kebir

Calendrier

Envoi des articles au plus tard le 15 septembre 2019

Adresse pour la correspondance exclusivement en version électronique par courriel à : leila.kebir@unil.ch j.dubois.iar@wanadoo.fr

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition peuvent contacter les coordinateurs

Attention:

La revue ne demande pas de propositions d’articles, mais directement les articles.

Les articles ne dépassent pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant: texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.

Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro. Les normes de présentation et les conseils aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue : http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/soumission-darticles-et-consignes-aux-auteurs/#articlesl

La revue rappelle que tout auteur peut lui adresser, à tout moment, un article en hors dossier, si celui-ci concerne le rapport espaces, territoires et populations

au sens large et s’il respecte les normes de publication; en cas d’acceptation, ces articles sont publiés rapidement.

Les marchés de l’électricité

For those understanding French 4 radio programs about electricity markets on France Culture.

Les marchés de l’électricité (1/4) : Une libéralisation sous tensionEntendez-vous l’éco ?LE 10/06/2019

La libéralisation dans le secteur de l’électricité à partir des années 80 a bouleversé l’organisation de marché de l’électricité. Comment faire cohabiter…

Les marchés de l’électricité (2/4) : Une histoire électrique Entendez-vous l’éco ?LE 11/06/2019

Présent dans la nature, l’électricité est arrivée réellement dans la vie des Hommes à la fin du XIXe siècle. Auréolée d’un caractère magique, la fée électricité…

Les marchés de l’électricité (3/4) : La voiture électrique : une mythologie contemporaineEntendez-vous l’éco ?LE 12/06/2019

Les marchés de l’électricité (4/4) : Les scénarios de la transition Entendez-vous l’éco ?LE 13/06/2019

A l’heure où se multiplient les scénarios affirmant la faisabilité d’une transition vers une électricité 100% renouvelable, et apportant de plus en plus…

Energy and Environmental Justice: A Multidisciplinary Workshop @ Universitat Autònoma de Barcelona 21-22 October 2019

Invitation for papers that explore the justice implications of energy systems, energy infrastructures and energy cultures/practices. The workshop will gather contributions studying inequalities in how energy is produced, distributed and consumed around the world. We are particularly interested in work that engages with environmental justice (EJ) scholarship and activism; resistance and social movements; ethnographic methods; and critical EJ perspectives. A core goal is to develop new strategies for identifying and counteracting energy- and climate-related injustices.
 
The expansion and modification of energy systems are inextricably linked to justice concerns and climate change. Much ‘energy justice’ literature, however, glosses over its relation with EJ research and practice. As such, critical insights are missed for studying energy issues in relation to systemic marginalisation, the uneven socioecological impacts of different modes of production, and disparities in the recognition of diverse voices and livelihoods. Re-centering EJ scholarship and activism within multidisciplinary energy research, this workshop is an opportunity to collaboratively develop critical approaches to energy and environmental justice. We encourage submissions that explore decolonial, emancipatory, or transformative approaches to energy and justice; political ontology and pluriverse thinking; transition design and praxis; and diverse community responses to imposed social and environmental change. Recognising the importance of direct action, particularly around sites of resource extraction and extractivism, we also invite work on collective action strategies and issues of autonomy, intersectionality, and responsibility.
 
The workshop will host 15 participants across 5 panel sessions, public lectures from two keynote speakers, and a closing plenary to discuss future research strategies and collaborations. The goal is to publish an edited volume with a leading press featuring a selection of workshop contributions. Extended abstracts will be pre-circulated to participants three weeks before the workshop.
 
Interested participants should send an abstract (300 words) and a short bio (100 words) with contact details to event conveners, Tristan Partridge (Tristan.Partridge@uab.cat) and Sofía Avila (acalerosofia@gmail.com) by 1 July 2019. Participants will be notified of acceptance by 9 July 2019. There may be limited funding available to support travel and accommodation costs for some participants; please let us know if you would like to apply for this support. We also hope to support participation via videoconference for those unable or unwilling to fly.

Energies and technologies futures program

June 20/21st 2019

ISH, Salle Élise Rivet (4th floor)

14 avenue Berthelot, 69007 Lyon, France

 

9.30 Introduction

10.00 – 12.00 panel one

Sarah Pink – Emerging Technologies Lab, Monash University

Energy Futures and Emerging Technologies: A Design Anthropological Approach

Alexander R.E. Taylor – Department of Social Anthropology/University of Cambridge

Future-proof Clouds: Electromagnetic Pulse Protection in the Data Centre Industry

Julia Velkova  – Consumer Society Research Centre/University of Helsinki

Replacing fossil fuels with data: emergent cultures and infrastructural politics around data centres’ thermal waste across Europe

Agnese Cimdina – Faculty of Business, Management and Economics University of Latvia

Is technology the answer to the double bind?

12.00 – 13.00 lunch

 

13.00 – 15.00 panel two

Katherine Ellsworth-Krebs – University of Saint Andrews

Energy demanding expectations: house size, privacy and domestic energy research

Michiel Köhne & Elisabet Rasch – Sociology of Development and Change/Wageningen University        

The future of energy in your rented home – Tenants and the energy transition

Charlotte Johnson – UCL Energy Institute, UCL

Is Demand Side Response a woman’s work? Domestic labour and the UK’s future smart electricity system

15.00 – 18.00 site visit of Lyon Confluences

 

Day two

09.00 – 11.30 panel three

Chiara Bresciani – The Cairns Institute, James Cook University & School of Culture and Society, Aarhus University

Under a rising sun? Solar energy, bright prospects and missed futures

Hsin-yi Lu – Department of Anthropology, National Taiwan University

Wind Futures: Contested Sociotechnical Imaginaries of Renewable Energy in Taiwan

Martín Fonck – Rachel Carson Center for Environment and Society/Ludwig-Maximilians-Universität München

“Explorando el interior de la Cordillera de Los Andes”: an ethnographic approach to the construction of geothermal energy futures in the Chilean Andes Mountains.

Ragnhild Freng Dale –

Between power lines and petroleum: energy futures, art interventions and coloniality in the Norwegian north

11.30 – 11.45 coffee break

 

11.45 – 13.00 Discussion on publication possibilities and panel proposals for EASA 2020

 

13.00 – lunch and departure

 

Attendance is free but please register: https://etechfutures.sciencesconf.org/