Making Post-Extractive Futures in Data- Saturated Worlds

Call for Articles – Edited Volume
Strukturwandel: Post-extraktive Zukunft in datengesättigten Welten / Making Post-Extractive Futures in Data- Saturated Worlds

There is a growing awareness across the world that in order to enable a sustainable future, extractive
industries and economies based on those industries need to be transformed. Accordingly, national
governments, transnational institutions as well as various experts and public initiatives are currently
negotiating scenarios for such transformations in trying to anticipate their social and environmental
effects.

In Germany, for example, the upcoming exit from coal mining is expected to entail a major structural
change, or Strukturwandel for whole regions. According to economic theory, structural change
comprises a shift from agricultural to industrial and to the service sector, and subsequent
transformations for employment, industry organization, financial systems, or income and wealth
distribution. However, the impact of mining goes way beyond the economic sphere, as does structural change. Accordingly, the consequences of exiting mining are expected to be felt not only in the economical and labour sector, but also to significantly change cultural and social life. These transitions are, furthermore, heavily intertwined with institutional change, technological development, and everyday life.

This book aims to investigate the making of post-extractive futures in different social contexts and
from interdisciplinary and comparative perspectives. Using the German notion of Strukturwandel, we suggest a more general take on post-extractive transformation as a fundamental and multidimensional process. Strukturwandel impacts societies in various, also unexpected ways and its effects may be unevenly distributed among locales and actors. Seen as inevitable and complex,
Strukturwandel is, however, also regarded as being malleable and governable in political and public
discourses. This implies the possibility and even necessity of engagement, participation, and
collaboration of public as well as political and economic actors.

Digitization is one of these powerful future scenarios, supposedly applicable to former mining and
other post-industrial areas. Visions of information technologies enabling connected and integrated
futures for currently suspended and closed down regions is elaborated upon in political and
technological discourse, such as, for instance, plans of turning former industrial buildings into digital
innovation labs and science parks, or former mining areas into “smart regions” and testfields for ITbased services. Digitization is even expected to modernize “old” industries, enabling them to survive the industrial transition by means of virtualization (“industry 4.0”). Given the popular image of IT technologies as inclusive, future-oriented and environmentally friendly, this contemporary
postindustrial scenario is often welcomed by broader publics and the media.

At the same time, it can be argued that digitization with its high penetration of all aspects of society is
causing rather than cushioning structural change, and heavily impacting social life and natural
environment. The expanding energy-consuming infrastructures and industries needed to implement
digital innovation might as well lead to environmental damages and new inequalities, related to the
uneven distribution of connectivity and technological intelligence.

In this book, we are especially interested in how visions of Stukturwandel, exit from mining,
connectivity and IT-based innovation are being integrated into predictive models and scenarios of the future, and how these are implemented. How is knowledge about the future in/of post-extractive datasaturated worlds produced, distributed, and applied? And how are IT-related needs of energy and
natural resources calculated and legitimized in regard to an anticipated (smart and sustainable) society of the future?

We invite contributions that investigate Strukturwandel and the making of post-extractive futures
either in relation to mining or (and) in relation to digitization. Essays can comprise, but are not limited to, questions of the sociocultural impact of Strukturwandel, its process and navigation, sectoral interlinkages, lived experiences, political necessities, and the moral, technical and economic challenges and chances related to it. Case studies from different locales and (post-)industrial sites are welcome.

In methodological terms, we are interested in going beyond the traditional divides of old and new
industries, and to think through different infrastructural-industrial developments with their spatial and temporal dimensions, bearing in mind that even breaks can be regarded as specific forms of relation.

We welcome contributions in both English and German language.
Please send an abstract of no more than 500 words by December 31st, 2019 to katja.mueller@zirs.uni-halle.de or asta.vonderau@ethnologie.uni-halle.de.

PhD position/projet de thèse CIFRE: Au-delà du privacy paradox

Au-delà du privacy paradox
Quels sont, dans le monde de l’énergie, les enjeux liés à la production, à l’utilisation et à la circulation d’une masse croissante de données personnelles ?

Sujet de thèse CIFRE. Appel à candidatures

Le dossier de candidature se composera :

– d’un CV présentant de façon précise le parcours dans l’enseignement supérieur, ainsi que les notes et mentions obtenues en M1 et en M2 ;
– le mémoire de M2 s’il est achevé ou, à défaut, le mémoire de M1 en pdf (que nous ne diffuserons pas) ;
– ainsi qu’une courte lettre (une page) de motivation spécifiant l’intérêt pour le sujet proposé.
Le dossier doit être adressé par mail conjointement à Cécile Caron, Sylvie Douzou et Alexandre Mathieu-Fritz pour le 20 juillet 2018, dernier délai.

Directeur de thèse :
MATHIEU-FRITZ Alexandre, Professeur de sociologie à l’UPEM. Chercheur au LATTS.
alexandre.mathieu-fritz@univ-mlv.fr
01 60 95 71 80

Tutrices industrielles :
CARON Cécile, Chercheur en sociologie, EDF R&D, ICAME, GRETS
cecile.caron@edf.fr
01 78 19 45 89
DOUZOU Sylvie, Chercheur senior en sociologie, EDF R&D, ICAME
sylvie.douzou@edf.fr
01 78 19 46 15

1. CONTEXTE
Les transformations numériques en cours offrent la possibilité de collecter, de stocker, d’exploiter et de faire circuler les données différemment (en accroissant leur volume, en automatisant leur analyse, en faisant communiquer des dispositifs techniques). Cet afflux expansif de données est appelé à être de plus en plus relié à des dimensions personnelles : 1) La numérisation des différents champs d’informations (écrits, sons, images) contribue à accroître la production et à élargir la circulation et le traitement de données touchant à l’identité, à l’intimité et au secret ; 2) L’usage d’Internet génère de multiples traces de navigation attachées à des individus ; 3) Les dispositifs de géolocalisation permettent de suivre des individus en temps réel dans l’espace ; 4) L’implantation de capteurs dans les objets et les bâtiments retracent des usages et plus spécifiquement des comportements.
Les nouvelles technologies elles-mêmes ont des propriétés qui les rapprochent de la sphère intime (assistant vocal, reconnaissance faciale, etc.), qui accentuent les usages en temps réel et qui contribuent au brouillage des frontières entre public et privé. Ainsi, concomitamment à leurs potentialités, l’usage des technologies fait émerger de nouveaux risques, pour les individus et les organisations, notamment celui lié à la protection de la vie privée.
L’arrivée du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) a pour objectif d’encadrer ce nouveau risque. Il replace le consentement au centre de l’arsenal législatif et règlementaire (Barraud de Lagerie, Kessous, 2014). Le consentement est défini comme « toute manifestation de volonté, libre, spécifique, informée et explicite par laquelle la personne concernée accepte par une déclaration ou par un acte positif univoque, que des données à caractère personnel la concernant fasse l’objet d’un traitement » et participe à l’émergence de nouveaux droits pour les utilisateurs (droits d’accès aux données traitées, droit de rectification, droit d’opposition dans certains cas, droit à l’oubli) et de nouvelles contraintes pour les fournisseurs et opérateurs (recueil du consentement pour des
traitements définis et information des personnes concernées, portabilité des données). Elle entend également contribuer à assurer une coopération plus étroite entre les autorités de protection des données et renforcer les sanctions en cas de non-application.
La question de la protection des données personnelles constitue un nouvel enjeu pour le monde de l’énergie, notamment parce que la numérisation a été érigée au rang d’impératif rationnel, voire de véritable feuille de route pour les acteurs du secteur : les données de consommation numérisées, les courbes de charges ont été désignées comme des Données à Caractère Personnel par la CNIL, mais aussi parce que la production, le transport et la commercialisation de l’électricité connaissent un vaste mouvement de « smartisation ». Face à cette figure imposée, des mouvements de résistance émergent, notamment autour de la question de la protection des données personnelles. Associations, militants ou de simples clients contestent le mouvement smart et tentent d’opposer à la figure du
« consomm’acteur » celle du « citoyen vulnérable », en prenant appui sur la défense de l’intérêt général (Danieli, 2017).
Ainsi, on constate dans le monde de l’énergie la structuration de formes de renforcement du concernement à l’égard de cette question de la protection de la vie privée, qui s’assortissent d’attentes et d’usages contribuant à multiplier la diffusion de données personnelles (Beuscart, Dagiral, Parasie, 2017). Ce double phénomène a été désigné par la notion de privacy paradox (Acquisti, 2010), notion commode pour désigner la nature de cette ambivalence, mais insuffisante pour analyser les reconfigurations en cours.
Dans le cadre d’une thèse CIFRE, nous envisageons, pour appréhender ces reconfigurations, d’aller au-delà de cette notion de privacy paradox, afin de saisir les enjeux liés la conception et aux usages des services énergétiques mobilisant des Données à Caractère Personnel et ce, dans les différents espaces concernés, espaces intimes pour les services énergétiques mobilisant des objets connectés au sein du logement ou via les smartphones ou espaces publics pour les services conçus et déployés dans le cadre de projets de smart cities.

2. PROBLÉMATIQUE et AXES DE RECHERCHES
Ces trois inflexions majeures : 1) développement de technologies multipliant et numérisant les données personnelles ; 2) évolutions du cadre normatif (le RGPD) renforçant la responsabilité des entreprises et 3) émergence de prises de conscience et de mobilisations sociales autour de l’enjeu de protection des libertés individuelles constituent un contexte nouveau pour le secteur de l’énergie et mettent au premier plan la nécessité d’appréhender le risque de protection des données personnelles. Pour ce faire, il convient de comprendre la vulnérabilité, mais aussi les ressources des individus et des organisations qui y sont exposés et d’identifier des modalités permettant d’étendre « le droit d’être laissé en paix » (Warren et Brandeis, 1890) des clients, usagers, salariés ou partenaires.

2.1. AXE 1. USAGES : dynamiques d’exposition de soi, attentes et mobilisations sociales en matière de protection de la vie privée
Le premier axe de réflexion de la thèse est centré sur la compréhension des usages et des pratiques en matière d’exposition de soi (Cardon, 2008 ; Dagiral, 2017) et de leurs ancrages sociologiques (Zillien & Hargittai, 2009 ; Granjon, 2009 ; Régnier, 2018). Il s’agit notamment de saisir les effets des dynamiques de réflexivité induites par le suivi des traces sur les comportements (Pharabod et al., 2013 ; Cahour & Licoppe, 2010) dans le domaine de la consommation d’énergie (Kessous, 2009 ; Caron, Durand-Daubin, 2017). Cette perspective prendra aussi en compte les attentes observables en matière de protection de la vie privée associées aux usages numériques individuels ou collectifs et la construction d’une contestation et d’un cadre polémique autour de la protection des données personnelles en matière d’énergie.

2.2. AXE 2. DISPOSITIFS ET PRATIQUES PROFESSIONNELLES : les reconfigurations techniques et collaboratives liées à la protection de la vie privée dans des
contextes de numérisation
Le deuxième axe de réflexion de la thèse porte sur les reconfigurations (Kessous, 2012) liées aux modalités de protection de la vie privée en matière de conception des dispositifs (Cardon, 2015 ; Sadin, 2015), mais également sur les ajustements observables dans l’organisation, dans le cadre de la relation de service et dans les pratiques collaboratives (Kessous, 2012 ; Mathieu-Fritz & Esterle, 2013 1/2). Il s’agit notamment d’observer comment les usages de nouveaux dispositifs techniques
contribuent à produire de nouvelles formes de répartition des tâches ou de division du travail et à transformer les activités des différentes catégories d’utilisateurs ainsi que leurs modalités d’interaction.

3. METHODOLOGIE ET CALENDRIER
Des enquêtes de terrain qualitatives auprès de l’ensemble des acteurs (concepteurs, usagers, professionnels internes et externes) seront conduites autour des thèmes de la conception et des usages de dispositifs techniques permettant de développer des services énergétiques individuels ou collectifs dans deux types d’espace : espaces intimes et espaces publics. Dans la mesure du possible, ces enquêtes qualitatives seront complétées par des analyses quantitatives des usages.
Automne 2018 : un stage de 6 mois précédent le lancement du contrat CIFRE pour un étudiant inscrit en master 2 recherche ou issu d’un master 2 recherche permettra de formaliser le sujet de thèse (sur la base d’une pré-enquête et d’un travail bibliographique) et de constituer le dossier CIFRE. La durée du contrat CIFRE est de 3 ans.

BIBLIOGRAPHIE
ACQUISTI A., « Les comportements de vie privée face au commerce électronique. Une économie de la gratification immédiate », Réseaux, « Données personnelles et vie privée », Volume 29 – 167.
ARRUABARRENA B., QUETTIER P. (2013). « Des rituels de l’automesure numérique à la fabrique autopoïétique de soi », Les Cahiers du numérique, Vol. 9, p. 41-62.
BARRAUD DE LAGERIE, KESSOUS. (2014). « La mise en marché des données personnelles » in STEINER & TRESPEUCH (dir.) Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale. Presses Universitaires du Mirail ?
CAHOUR B., LICOPPE C., (2010). « Confrontations aux traces de son activité. Compréhension, développement et régulation de l’agir dans un monde de plus en plus réflexif », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol 4, n° 2, p. 243-253.
CARDON D. (2015). L’espace public élargi. Opinion, critique et expressivité à l’ère d’internet, Thèse de sociologie, Ecole doctorale « Organisations, marchés, institutions », Université Paris Est, Présentée et soutenue publiquement le 27 novembre 2015.
CARDON D. (2015). A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil / République des idées.
CARON C., DURAND-DAUBIN M. (2017), « Efficacité et justice des mesures de solidarité énergétique. Une régulation par les professionnels », in Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds), Lavoisier, Paris.
COCHOY F., LICOPPE C. (2013). « Présentation », Réseaux, n° 182, p. 9-19.
DANIELI A., « La mise en société du compteur communicant Linky. Enseignements sociologiques de la trajectoire d’innovation d’un outil de régulation économique. », in MOUSSAOUI I., PIERRE M., Pratiques sociales et usages de l’énergie, in Lavoisier Tec & doc

DAGIRAL E. et al. (2016). « Mesurer pour prévenir ? Entre mise en nombre et mise en ordre », Terrains & travaux, n° 28, p. 5-20.
GRANJON F. (2009), « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les Cahiers du numérique, vol. 5, p. 19-44.
GRANJON F. (2017). Mobilisations numériques : Politiques du conflit et technologies médiatiques. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Presses des Mines, (généré le 15 décembre 2017).
KESSOUS E., (2009) « Prêter attention à l’environnement : engagement moral et réflexivité des traces énergétiques », in BARREY S. & KESSOUS E. (dir), Consommer et protéger l’environnement. Opposition ou convergence ?, Paris, L’Harmattan, pp. 67-89
KESSOUS E. (2012). L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère numérique. Armand Colin.
KESSOUS E., (2012). « La gestion du secret. Enquête sur les usages de la messagerie électronique dans une organisation », Réseaux, n° 171, p. 133-160.
MATHIEU-FRITZ A. & ESTERLE L. (2013/1), « Les transformations des pratiques professionnelles lors des téléconsultations médicales. Coopération interprofessionnelle et délégation des tâches », Revue française de sociologie, Vol. 54, p. 303-329.
MATHIEU-FRITZ A. ET ESTERLE L. (2013/2), « Les médecins et le dossier santé informatisé communiquant » Analyse d’une expérimentation du dossier médical personnel (DMP), Réseaux, n° 178-179, p. 223-255.
PARASIE S. (2013). « Des machines à scandale. Éléments pour une sociologie morale des bases de données », Réseaux, n° 178-179, p. 127-161.
PHARABOD A.-S., NIKOLSKI V., GRANJON F. (2013), « La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles », Réseaux (n􀁲 177), p. 97-129.
REY B., (2007). « La notion de privacy au coeur des pratiques de consommation », 6ème journées normandes de Recherche sur la Consommation : Société et consommations, 19-20 mars 2007, groupes ESC Rouen.
REY B., KESSOUS E., (2009), « La vie privée à l’épreuve de l’économie numérique », in ARNAUD M. & MERZEAU L. (coord.), Traçabilité et réseaux, revue Hermès, n° 53, Paris, CNRS Editions.
SADIN E., (2015). La vie algorithmique. Critique de la raison numérique, Editions L’échappée
TUBARO P., CASILLI A. A. & SARABI Y. (2014). Against the Hypothesis of the End of Privacy, Springer

WARREN S., BRANDEIS L. (1890), “The Right to Privacy”, in Harvard Law Review, Vol. IV, p. 193-220.
ZILLIEN N., HARGITTAI E. (2009), « Digital Distinction: Status-Specific Types of Internet Usage », Social Science Quarterly, 90(2), p. 74-291.

DOSSIER
CNIL (n.d.). Qu’est-ce qu’une donnée sensible ? Repéré août 27, 2016, http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?rubrique300

CNIL (2013, novembre), « Vie privée à l’horizon 2020. Parole d’experts », Cahiers Innovation & Prospective, n°01, https://www.cnil.fr/sites/default/files/typo/document/CNIL-CAHIERS_IPn1.pdf.
CNIL (2016, juin 15). Règlement européen sur la protection des données : ce qui change pour les professionnels. Repéré à : https://www.cnil.fr/fr/reglement-europeen-sur-la-protection-desdonnees-ce-qui-change-pour-les-professionnels.
CNIL, Pack de conformité. Les compteurs communicants.

Research Fellow (Distributed Ledgers and Decentralised Energy in Sub Saharan Africa)

University of Edinburgh – College of Arts, Humanities and Soc Scis

Working in Kenya, Tanzania and/or Uganda you will use ethnographic, human centred, participatory and collaborative methods to document and analyse the data practices of pay-as-you-go solar energy companies and customers to understand how data on the generation and consumption of solar energy is produced, transacted, valued and trusted. You will have an appropriate degree, normally a PhD, in social anthropology, politics or human geography, and typically two years relevant research experience including field based qualitative research on the digital economy in East Africa.

This full time, fixed term post is available for 35 hours per week from January 2018 for 16 months.

Closing Date: 5pm (GMT) on Monday 9th October 201

More info HERE