PhD position/projet de thèse CIFRE: Au-delà du privacy paradox

Au-delà du privacy paradox
Quels sont, dans le monde de l’énergie, les enjeux liés à la production, à l’utilisation et à la circulation d’une masse croissante de données personnelles ?

Sujet de thèse CIFRE. Appel à candidatures

Le dossier de candidature se composera :

– d’un CV présentant de façon précise le parcours dans l’enseignement supérieur, ainsi que les notes et mentions obtenues en M1 et en M2 ;
– le mémoire de M2 s’il est achevé ou, à défaut, le mémoire de M1 en pdf (que nous ne diffuserons pas) ;
– ainsi qu’une courte lettre (une page) de motivation spécifiant l’intérêt pour le sujet proposé.
Le dossier doit être adressé par mail conjointement à Cécile Caron, Sylvie Douzou et Alexandre Mathieu-Fritz pour le 20 juillet 2018, dernier délai.

Directeur de thèse :
MATHIEU-FRITZ Alexandre, Professeur de sociologie à l’UPEM. Chercheur au LATTS.
alexandre.mathieu-fritz@univ-mlv.fr
01 60 95 71 80

Tutrices industrielles :
CARON Cécile, Chercheur en sociologie, EDF R&D, ICAME, GRETS
cecile.caron@edf.fr
01 78 19 45 89
DOUZOU Sylvie, Chercheur senior en sociologie, EDF R&D, ICAME
sylvie.douzou@edf.fr
01 78 19 46 15

1. CONTEXTE
Les transformations numériques en cours offrent la possibilité de collecter, de stocker, d’exploiter et de faire circuler les données différemment (en accroissant leur volume, en automatisant leur analyse, en faisant communiquer des dispositifs techniques). Cet afflux expansif de données est appelé à être de plus en plus relié à des dimensions personnelles : 1) La numérisation des différents champs d’informations (écrits, sons, images) contribue à accroître la production et à élargir la circulation et le traitement de données touchant à l’identité, à l’intimité et au secret ; 2) L’usage d’Internet génère de multiples traces de navigation attachées à des individus ; 3) Les dispositifs de géolocalisation permettent de suivre des individus en temps réel dans l’espace ; 4) L’implantation de capteurs dans les objets et les bâtiments retracent des usages et plus spécifiquement des comportements.
Les nouvelles technologies elles-mêmes ont des propriétés qui les rapprochent de la sphère intime (assistant vocal, reconnaissance faciale, etc.), qui accentuent les usages en temps réel et qui contribuent au brouillage des frontières entre public et privé. Ainsi, concomitamment à leurs potentialités, l’usage des technologies fait émerger de nouveaux risques, pour les individus et les organisations, notamment celui lié à la protection de la vie privée.
L’arrivée du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) a pour objectif d’encadrer ce nouveau risque. Il replace le consentement au centre de l’arsenal législatif et règlementaire (Barraud de Lagerie, Kessous, 2014). Le consentement est défini comme « toute manifestation de volonté, libre, spécifique, informée et explicite par laquelle la personne concernée accepte par une déclaration ou par un acte positif univoque, que des données à caractère personnel la concernant fasse l’objet d’un traitement » et participe à l’émergence de nouveaux droits pour les utilisateurs (droits d’accès aux données traitées, droit de rectification, droit d’opposition dans certains cas, droit à l’oubli) et de nouvelles contraintes pour les fournisseurs et opérateurs (recueil du consentement pour des
traitements définis et information des personnes concernées, portabilité des données). Elle entend également contribuer à assurer une coopération plus étroite entre les autorités de protection des données et renforcer les sanctions en cas de non-application.
La question de la protection des données personnelles constitue un nouvel enjeu pour le monde de l’énergie, notamment parce que la numérisation a été érigée au rang d’impératif rationnel, voire de véritable feuille de route pour les acteurs du secteur : les données de consommation numérisées, les courbes de charges ont été désignées comme des Données à Caractère Personnel par la CNIL, mais aussi parce que la production, le transport et la commercialisation de l’électricité connaissent un vaste mouvement de « smartisation ». Face à cette figure imposée, des mouvements de résistance émergent, notamment autour de la question de la protection des données personnelles. Associations, militants ou de simples clients contestent le mouvement smart et tentent d’opposer à la figure du
« consomm’acteur » celle du « citoyen vulnérable », en prenant appui sur la défense de l’intérêt général (Danieli, 2017).
Ainsi, on constate dans le monde de l’énergie la structuration de formes de renforcement du concernement à l’égard de cette question de la protection de la vie privée, qui s’assortissent d’attentes et d’usages contribuant à multiplier la diffusion de données personnelles (Beuscart, Dagiral, Parasie, 2017). Ce double phénomène a été désigné par la notion de privacy paradox (Acquisti, 2010), notion commode pour désigner la nature de cette ambivalence, mais insuffisante pour analyser les reconfigurations en cours.
Dans le cadre d’une thèse CIFRE, nous envisageons, pour appréhender ces reconfigurations, d’aller au-delà de cette notion de privacy paradox, afin de saisir les enjeux liés la conception et aux usages des services énergétiques mobilisant des Données à Caractère Personnel et ce, dans les différents espaces concernés, espaces intimes pour les services énergétiques mobilisant des objets connectés au sein du logement ou via les smartphones ou espaces publics pour les services conçus et déployés dans le cadre de projets de smart cities.

2. PROBLÉMATIQUE et AXES DE RECHERCHES
Ces trois inflexions majeures : 1) développement de technologies multipliant et numérisant les données personnelles ; 2) évolutions du cadre normatif (le RGPD) renforçant la responsabilité des entreprises et 3) émergence de prises de conscience et de mobilisations sociales autour de l’enjeu de protection des libertés individuelles constituent un contexte nouveau pour le secteur de l’énergie et mettent au premier plan la nécessité d’appréhender le risque de protection des données personnelles. Pour ce faire, il convient de comprendre la vulnérabilité, mais aussi les ressources des individus et des organisations qui y sont exposés et d’identifier des modalités permettant d’étendre « le droit d’être laissé en paix » (Warren et Brandeis, 1890) des clients, usagers, salariés ou partenaires.

2.1. AXE 1. USAGES : dynamiques d’exposition de soi, attentes et mobilisations sociales en matière de protection de la vie privée
Le premier axe de réflexion de la thèse est centré sur la compréhension des usages et des pratiques en matière d’exposition de soi (Cardon, 2008 ; Dagiral, 2017) et de leurs ancrages sociologiques (Zillien & Hargittai, 2009 ; Granjon, 2009 ; Régnier, 2018). Il s’agit notamment de saisir les effets des dynamiques de réflexivité induites par le suivi des traces sur les comportements (Pharabod et al., 2013 ; Cahour & Licoppe, 2010) dans le domaine de la consommation d’énergie (Kessous, 2009 ; Caron, Durand-Daubin, 2017). Cette perspective prendra aussi en compte les attentes observables en matière de protection de la vie privée associées aux usages numériques individuels ou collectifs et la construction d’une contestation et d’un cadre polémique autour de la protection des données personnelles en matière d’énergie.

2.2. AXE 2. DISPOSITIFS ET PRATIQUES PROFESSIONNELLES : les reconfigurations techniques et collaboratives liées à la protection de la vie privée dans des
contextes de numérisation
Le deuxième axe de réflexion de la thèse porte sur les reconfigurations (Kessous, 2012) liées aux modalités de protection de la vie privée en matière de conception des dispositifs (Cardon, 2015 ; Sadin, 2015), mais également sur les ajustements observables dans l’organisation, dans le cadre de la relation de service et dans les pratiques collaboratives (Kessous, 2012 ; Mathieu-Fritz & Esterle, 2013 1/2). Il s’agit notamment d’observer comment les usages de nouveaux dispositifs techniques
contribuent à produire de nouvelles formes de répartition des tâches ou de division du travail et à transformer les activités des différentes catégories d’utilisateurs ainsi que leurs modalités d’interaction.

3. METHODOLOGIE ET CALENDRIER
Des enquêtes de terrain qualitatives auprès de l’ensemble des acteurs (concepteurs, usagers, professionnels internes et externes) seront conduites autour des thèmes de la conception et des usages de dispositifs techniques permettant de développer des services énergétiques individuels ou collectifs dans deux types d’espace : espaces intimes et espaces publics. Dans la mesure du possible, ces enquêtes qualitatives seront complétées par des analyses quantitatives des usages.
Automne 2018 : un stage de 6 mois précédent le lancement du contrat CIFRE pour un étudiant inscrit en master 2 recherche ou issu d’un master 2 recherche permettra de formaliser le sujet de thèse (sur la base d’une pré-enquête et d’un travail bibliographique) et de constituer le dossier CIFRE. La durée du contrat CIFRE est de 3 ans.

BIBLIOGRAPHIE
ACQUISTI A., « Les comportements de vie privée face au commerce électronique. Une économie de la gratification immédiate », Réseaux, « Données personnelles et vie privée », Volume 29 – 167.
ARRUABARRENA B., QUETTIER P. (2013). « Des rituels de l’automesure numérique à la fabrique autopoïétique de soi », Les Cahiers du numérique, Vol. 9, p. 41-62.
BARRAUD DE LAGERIE, KESSOUS. (2014). « La mise en marché des données personnelles » in STEINER & TRESPEUCH (dir.) Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale. Presses Universitaires du Mirail ?
CAHOUR B., LICOPPE C., (2010). « Confrontations aux traces de son activité. Compréhension, développement et régulation de l’agir dans un monde de plus en plus réflexif », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol 4, n° 2, p. 243-253.
CARDON D. (2015). L’espace public élargi. Opinion, critique et expressivité à l’ère d’internet, Thèse de sociologie, Ecole doctorale « Organisations, marchés, institutions », Université Paris Est, Présentée et soutenue publiquement le 27 novembre 2015.
CARDON D. (2015). A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil / République des idées.
CARON C., DURAND-DAUBIN M. (2017), « Efficacité et justice des mesures de solidarité énergétique. Une régulation par les professionnels », in Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds), Lavoisier, Paris.
COCHOY F., LICOPPE C. (2013). « Présentation », Réseaux, n° 182, p. 9-19.
DANIELI A., « La mise en société du compteur communicant Linky. Enseignements sociologiques de la trajectoire d’innovation d’un outil de régulation économique. », in MOUSSAOUI I., PIERRE M., Pratiques sociales et usages de l’énergie, in Lavoisier Tec & doc

DAGIRAL E. et al. (2016). « Mesurer pour prévenir ? Entre mise en nombre et mise en ordre », Terrains & travaux, n° 28, p. 5-20.
GRANJON F. (2009), « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les Cahiers du numérique, vol. 5, p. 19-44.
GRANJON F. (2017). Mobilisations numériques : Politiques du conflit et technologies médiatiques. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Presses des Mines, (généré le 15 décembre 2017).
KESSOUS E., (2009) « Prêter attention à l’environnement : engagement moral et réflexivité des traces énergétiques », in BARREY S. & KESSOUS E. (dir), Consommer et protéger l’environnement. Opposition ou convergence ?, Paris, L’Harmattan, pp. 67-89
KESSOUS E. (2012). L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère numérique. Armand Colin.
KESSOUS E., (2012). « La gestion du secret. Enquête sur les usages de la messagerie électronique dans une organisation », Réseaux, n° 171, p. 133-160.
MATHIEU-FRITZ A. & ESTERLE L. (2013/1), « Les transformations des pratiques professionnelles lors des téléconsultations médicales. Coopération interprofessionnelle et délégation des tâches », Revue française de sociologie, Vol. 54, p. 303-329.
MATHIEU-FRITZ A. ET ESTERLE L. (2013/2), « Les médecins et le dossier santé informatisé communiquant » Analyse d’une expérimentation du dossier médical personnel (DMP), Réseaux, n° 178-179, p. 223-255.
PARASIE S. (2013). « Des machines à scandale. Éléments pour une sociologie morale des bases de données », Réseaux, n° 178-179, p. 127-161.
PHARABOD A.-S., NIKOLSKI V., GRANJON F. (2013), « La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles », Réseaux (n􀁲 177), p. 97-129.
REY B., (2007). « La notion de privacy au coeur des pratiques de consommation », 6ème journées normandes de Recherche sur la Consommation : Société et consommations, 19-20 mars 2007, groupes ESC Rouen.
REY B., KESSOUS E., (2009), « La vie privée à l’épreuve de l’économie numérique », in ARNAUD M. & MERZEAU L. (coord.), Traçabilité et réseaux, revue Hermès, n° 53, Paris, CNRS Editions.
SADIN E., (2015). La vie algorithmique. Critique de la raison numérique, Editions L’échappée
TUBARO P., CASILLI A. A. & SARABI Y. (2014). Against the Hypothesis of the End of Privacy, Springer

WARREN S., BRANDEIS L. (1890), “The Right to Privacy”, in Harvard Law Review, Vol. IV, p. 193-220.
ZILLIEN N., HARGITTAI E. (2009), « Digital Distinction: Status-Specific Types of Internet Usage », Social Science Quarterly, 90(2), p. 74-291.

DOSSIER
CNIL (n.d.). Qu’est-ce qu’une donnée sensible ? Repéré août 27, 2016, http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?rubrique300

CNIL (2013, novembre), « Vie privée à l’horizon 2020. Parole d’experts », Cahiers Innovation & Prospective, n°01, https://www.cnil.fr/sites/default/files/typo/document/CNIL-CAHIERS_IPn1.pdf.
CNIL (2016, juin 15). Règlement européen sur la protection des données : ce qui change pour les professionnels. Repéré à : https://www.cnil.fr/fr/reglement-europeen-sur-la-protection-desdonnees-ce-qui-change-pour-les-professionnels.
CNIL, Pack de conformité. Les compteurs communicants.

CFP – Book on Energy Politics (EASA book series – Berghahn)

Dear Colleagues,

We are looking for contributors to submit abstracts to be included in a book proposal on Energopolitics for the Berghahn EASA book series. 

The edited volume aims to compile cases and analysis dealing with contemporary arrangements of energy infrastructures and political power. We believe that the current transformations of energy systems and policy frameworks offer promising prospects to revisit some of the classic notions of power and politics through the lens of energy infrastructures. Dominique Boyer has underlined the opportunity to rethink Foucault’s theory of power in the light of energy: “there could have been no consolidation of any regime of modern biopower without a parallel securitization of energy provision and synchronization of energy discourse. In this respect, biopower has always been plugged in” (Boyer, 2014:327). Other conceptions of modern politics would also deserve reconsideration, interrogating the entanglements between energy materialities and political power: 

  • State violence and governmentality
  • Statecraft and political ordering
  • Citizenship and collective action,
  • Local governance and politics,
  • Labor struggles within the energy industry,
  • Regional integration and geopolitics,
  • Expert knowledge and depoliticisation, etc.

As an expression of interest, you will find below a suggestion of topics that we would like to address in the book. Abstracts of max. 500 words should be sent to tristan.loloum@durham.ac.uk ; nathalie.ortar@entpe.fr ; simone.abram@durham.ac.uk by Friday 30th June. Please include contact details with the abstract. In the case of acceptance, full papers will be expected by Friday 29th September.

Looking forward for your valuable contribution.

 Kind regards,

Simone Abram, Nathalie Ortar, Tristan Loloum


ENERGOPOLITICS 

CITIZENSHIP, GOVERNMENTALITY AND VIOLENCE ALONG THE GRID 

Editors: Simone ABRAM, Tristan LOLOUM, Nathalie ORTAR

Energy citizenships. The current transformations of energy systems have prompted new discussions among social scientists about power infrastructures as forms and supports of political expression. The evidence of climate change, the development of renewables and the governmental engagements toward an energy transition have created new spaces for resistance, participation and innovation. These emerging energy citizenships include concerns for off-grid systems, the setting up of community renewable energy projects, collective ownership and alternative funding of power infrastructures, equity and justice in energy access, climate change, policies and protests over (non-)renewables, “smart” technologies, etc. While allegedly “empowering” consumers within competitive energy markets, the liberalization of gas and electricity sectors is also dispossessing the State from important prerogatives and strengthening private energy actors. The emergence of decentralized energy and off-grid systems, as substitutes for centralized grids, is not only an engineering challenge but also an organizational one. As electric grids tend to become less “national” and less “centralized”, aren’t they generating more social differentiation?  How do decentralized energy and off-grid initiatives affect local governance, political identities and regional integration?

Energy statecraft. A political anthropology of energy assumes that power infrastructures are pivots for socio-political inquiry, as they have the capacity to “create, destroy, expand or limit the contours of what we call the state” (Meehan, 2014: 2016). In Carbon Democracy, Timothy Mitchell described, for instance, how the late 19th century labor reforms depended on the coal industry and its concentration of unionized workers; how Keynesian welfarism was sustained by an oil-shaped faith in the endless growth of national economies; and how neoliberal politics arose in great part from the brutal disruption of growth caused by the oil shocks of the 1970s. In doing so, he reminds us how statecraft is dependent on systems of energy production.

Energy knowledge. Not only is energy at the core of many economic interests, geopolitical struggles and international relations, it is also central to modernist ideologies and neoliberal narratives. The evolutionist idea that “cultural development varies directly as the amount of energy per capita per year harnessed and put to work” (White, 1943: 338) is deeply rooted in western imaginaries. Electrification is still promoted (e.g. by the UN) as a prerequisite to access both modernity and global markets (Labban, 2012). Energy relies on powerful belief systems and expert knowledge. The expansion of electric grids has often been depicted as an “inevitable” movement by energy experts (Nader, 2004: 775), only limited by technical problems and economic constraints. The practice of “rendering technical” (Li, 2007) has long been essential in the techno-scientific governance of energy, but the disruption of oil shocks, nuclear accidents and climate change have eroded  faith in modern expertise, while the development of renewable energies has shown that new paths of development remain possible. A political anthropology of energy must therefore “analyze the culture of energy experts, enhance knowledge about how people understand and experience energy, and document small renewable energy successes” (Clarke, 2015: 215).

Energy governmentality. Following Boyer (2014) (following Foucault 1978) , the political power behind energy systems – what he calls “energopower” – relies on a mixture of material infrastructures, institutions and discourses of truth. The work of Douglas Rogers (2014) on “social and cultural projects” accomplished under the banner of “corporate social responsibility” (CSR) by the Russian oil-company Lukoil illustrates how energy providers are increasingly solicited to fulfill political missions. Energopolitics refers not only to the capacity of energy corporations to shape basic infrastructures and legal frameworks, but also their involvement in activities of knowledge production, social care and cultural sponsorship. In postcolonial contexts, modern governance of energy resources is often tangled with more direct and authoritarian forms of power. So energopower, as Raminder Kaur argues, should be qualified, from Foucauldian notions of soft power and “governmentality” to what she calls the “necropolitics” or “raw politics of energy” (Kaur, 2013).

References

Boyer, D. (2014) Energopower: an introduction. Anthropological Quarterly 87(2): 309-333.

Clarke, Mari H. (2015) Interrogating Power: Engaged Energy Anthropology, Reviews in Anthropology, 44:4, 202-224, DOI: 10.1080/00938157.2015.1116325

Foucault, Michel. 1978. The History of Sexuality, Vol. 1: The Will to Knowledge. London: Penguin.

Kaur, Raminder 2013 ‘Sovereignty without Hegemony, the Nuclear State and a “Secret Public Hearing” in India’, Theory, Culture and Society, May 2013, 20(3).

Labban, M. (2012) Preempting possibility: critical assessment of the IEA’s World Energy Outlook 2010. Development and Change 43(1): 375-393.

Li, T. M. (2007) The Will to Improve: Governmentality, Development, and the Practice of Politics. Durham: Duke University Press.

Meehan, K. (2014) Tool-power: Water infrastructure as well springs of state power. Geoforum, 57: 25-224.

Mitchell, T. (2011) Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil. London: Verso Books.

Nader, L. 2004. “The Harder Path—Shifting Gears.” Anthropological Quarterly 77(4):771-791.

Rogers, Douglas. 2014. “Energopolitical Russia: corporation, state, and the rise of social and cultural projects”. Anthropological Quarterly. 87 (2): 431-452.

White, Leslie. 1943. “Energy and the Evolution of Culture.” American Anthropologist 45(3):335-356.